27.6.2020, 8:08

Il y a 70 ans, ŠKODA faisait ses débuts à la fameuse course des 24 Heures du Mans, la seule participation de son histoire

  • ŠKODA Sport spécialement développée dotée d'une carrosserie légère en aluminium basée sur le modèle de série à succès 1101/1102 «Tudor»
  • Václav Bobek et Jaroslav Netušil se battaient pour décrocher la première place dans leur catégorie jusqu'à l'apparition d'un défaut technique au bout de 13 heures de course
  • Report du retour de la ŠKODA Sport au Mans: du fait de la pandémie de coronavirus, Le Mans Classic aura lieu en 2021

Mladá Boleslav / Cham, le 27 juin 2020 – En 1950, ŠKODA AUTO vit un moment tout à fait spécial de son histoire dans le sport automobile: le seul et unique départ, jusqu'à présent, d'un modèle ŠKODA lors des 24 Heures du Mans connue dans le monde entier. 

ŠKODA sort une nouvelle série de modèles au lendemain de la Seconde guerre mondiale: rapidement très demandée dans de nombreux pays européens ainsi que sur des marchés lointains, la 1101/1102 «Tudor» s'appuie sur un moteur quatre cylindres de 1'089 cm3. Les véhicules robustes et techniquement modernes font preuve de leur immense fiabilité lors de maints rallyes ainsi que pendant de longues courses sur circuits. Ils s'imposent ainsi dans les quatre catégories dans lesquelles la marque engage des véhicules lors du Raid Polski de 2'649 km en 1948. Pendant le rallye Montevideo–Melo–Montevideo en Amérique du Sud, ils décrochent les première et deuxième places du classement. 

Les performances des modèles «Tudor» (de l'anglais «two doors» signifiant deux portes) sont toutefois également mises à l'épreuve sur circuits. Pendant la course de 24 heures à Spa-Francorchamps, en Belgique, les trois quatre places à carrosserie fermée, que ŠKODA a inscrites, parcourent chacune 1'972 km et terminent la compétition longue distance aux trois premières places de leur catégorie de cylindrée. Pour souligner clairement ce succès sur circuit, le trio tchèque s'arrête fréquemment aux stands en même temps et franchit la ligne d'arrivée en formation de vol. 

Pour la saison 1949, le constructeur automobile tchèque développe une variante de course spéciale, la ŠKODA Sport, basée sur la «Tudor». La deux places ouverte se caractérise par un empattement raccourci de 400 mm et par une carrosserie en ponton particulièrement plate en aluminium léger. Elle fait ses débuts au Grand Prix de Tchécoslovaquie à Brno: la marque vise toutefois Le Mans, la course de 24 heures qui se déroule dans la Sarthe, en France, et qui est déjà connue dans le monde entier à l'époque. Le samedi 24 juin 1950, l'équipe ŠKODA y parvient: la version développée de la 1101 Sport se tient en effet en diagonale devant le mur des stands du Circuit des 24 Heures de 13,65 km, prête pour le départ de la course à 16 heures, l'horaire habituel de l'époque. Les pilotes s'alignent au bord opposé de la piste pour rejoindre leur voiture en courant lorsque retentit le signal. Ils sautent dans leur bolide, s'assoient au volant, démarrent le moteur et prennent le départ pour le premier tour de circuit. Ce type de départ est abandonné en 1970 pour des raisons de sécurité.

Václav Bobek et Jaroslav Netušil pilotent la ŠKODA Sport de 600 kg qui dispose, à l'occasion de son engagement au Mans, d'un empattement allongé à 2'150 mm qui améliore la stabilité directionnelle. Des orifices d'aération en forme de faucille à côté des phares acheminent de l'air frais aux tambours de frein des roues avant et deux phares supplémentaires améliorent la visibilité nocturne. Hormis ces deux caractéristiques, le véhicule se base largement sur la «Tudor» de série qui inclut notamment le système électrique de bord de 12 V signé PAL et les pneus diagonaux Barum. Sous le capot bas, le moteur quatre cylindres refroidi à l'eau affichant une cylindrée inchangée de 1'089 cm3 et un taux de compression légèrement plus élevé de 8,6:1 est équipé d'un carburateur Solex 40 UAIP qui lui permet de développer 50 ch (37 kW) à 5'200 tours par minute contre seulement 32 ch sur le moteur de série. Avec le carburant de compétition courant à l'époque, un mélange d'essence, d'éthanol et d'acétone, la ŠKODA Sport atteint une vitesse de pointe de 140 km/h, consommant seulement douze litres aux 100 km. Réservoir rempli et emportant les outils et les pièces de rechange qui ne peuvent être utilisés que lors d'une halte de réparation, elle pèse 700 kg.

Jaroslav Netušil et Václav Bobek, tous deux débutants au Mans, donnent le meilleur d'eux-mêmes, devançant les 60 participants à une vitesse moyenne de 126 km/h pour décrocher la deuxième place de leur catégorie comprenant onze véhicules de moins de 1'100 cm3. Le duo se hisse même entretemps à la cinquième place dans le classement spécial qui se distingue encore à l'époque par un coefficient de puissance. Au bout de 13 heures, la ŠKODA Sport portant le numéro 44 abandonne la course à l'aube au 115e tour à cause d'un problème technique. La goupille de sécurité d'un maneton de bielle est fissurée et il n'est plus possible de la réparer sur place.

Pour ŠKODA, son départ aux 24 heures du Mans en 1950 constitue jusqu'à présent le seul et unique engagement de l'histoire de la marque à cette course mythique. Au cours des années suivantes, les fabrications spéciales de la marque ne peuvent plus y participer du fait des difficultés politiques qui prévalent. 

La ŠKODA Sport originale a été restaurée et fait actuellement partie d'une collection tchèque privée. Début juillet, elle aurait dû refaire un tour de piste devant de nombreux spectateurs à l'occasion du 70e anniversaire de ses débuts au Mans et des 125 ans de ŠKODA AUTO. La course Le Mans Classic, depuis 2002 une manifestation bisannuelle pour véhicules de course historiques qui ont commencé leur carrière lors de la compétition longue durée classique avant 1979, a toutefois dû être reportée à 2021 pour cause de pandémie de COVID-19.

Share this: